La rhinopneumonie est une infection courante chez les chevaux, touchant près de 65% de la population Ă©quine. CausĂ©e par les virus de l’herpès Ă©quin EHV-1 et EHV-4, cette maladie peut avoir des consĂ©quences graves pour la santĂ© des chevaux. Dans cet article, nous explorerons les diffĂ©rentes formes de la rhinopneumonie, les symptĂ´mes associĂ©s, les mĂ©thodes de diagnostic, les options de traitement disponibles et les mesures prĂ©ventives pour rĂ©duire la propagation de la maladie.
Qu’est-ce que la rhinopneumonie ? La rhinopneumonie est une infection virale qui affecte les chevaux. Les chevaux infectĂ©s peuvent devenir porteurs du virus de façon permanente, bien que la plupart des porteurs soient asymptomatiques. Cependant, lorsqu’une rĂ©activation virale se produit, les chevaux peuvent excrĂ©ter le virus et infecter d’autres animaux. On peut comparer ce mĂ©canisme Ă  celui du « bouton de fièvre » humain, qui est aussi un virus de l’herpès. En effet, la « rĂ©activation » virale survient souvent en pĂ©riode de stress ou d’Ă©puisement (transport, exercice physique intense, etc.).
Les formes de la rhinopneumonie La rhinopneumonie se présente sous trois formes principales : la forme respiratoire, la forme abortive et la forme nerveuse.
 Forme respiratoire La forme respiratoire de la rhinopneumonie se caractĂ©rise par des symptĂ´mes tels que la fièvre, un Ă©coulement nasal visqueux et mucopurulent, une hypertrophie glandulaire, parfois accompagnĂ©s de toux et d’Ĺ“dème du site. Cette forme de la maladie est gĂ©nĂ©ralement observĂ©e chez les jeunes chevaux (âgĂ©s de moins de 2 ans) dans un troupeau. Le diagnostic peut ĂŞtre confirmĂ© par surveillance de la tempĂ©rature et des tests PCR sur des Ă©chantillons nasaux et sanguins. Le traitement consiste principalement en des mesures symptomatiques, bien que des antibiotiques puissent ĂŞtre administrĂ©s en cas de surinfection bactĂ©rienne. ·      Diagnostic : Surveillance de la tempĂ©rature de tous les chevaux du lieu en question pendant 7 jours. L’infection aiguĂ« provoque de la fièvre pendant 2 Ă  5 jours. Le diagnostic peut ĂŞtre confirmĂ© par PCR pour l’identification du virus Ă  partir d’Ă©couvillons nasaux (prĂ©levĂ©s dès que possible après l’apparition des symptĂ´mes) et d’Ă©chantillons sanguins, de prĂ©fĂ©rence renvoyĂ©s au laboratoire sous forme rĂ©frigĂ©rĂ©e. ·      Traitement : GĂ©nĂ©ralement non requis. Un traitement symptomatique, tel que des anti-inflammatoires non stĂ©roĂŻdiens, peut ĂŞtre envisagĂ© chez les animaux gravement malades. Des antibiotiques (p. ex., trimĂ©thoprime + sulfamides oraux) sont administrĂ©s lorsque les symptĂ´mes persistent plus d’une semaine et suggèrent une surinfection bactĂ©rienne. ·      D’une part, les corticostĂ©roĂŻdes sont immunosuppresseurs et peuvent parfois prolonger ou mĂŞme aggraver l’excrĂ©tion virale, mais d’autre part, ils suppriment Ă©galement les rĂ©ponses endothĂ©liales, inhibant ainsi la vascularite, la thrombose et la dĂ©tĂ©rioration des tissus. Neurones. ·      L’efficacitĂ© des mĂ©dicaments immunostimulants ou antiviraux n’a pas Ă©tĂ© prouvĂ©e scientifiquement. ·      Conduite : Mettre en quarantaine les animaux fĂ©briles pendant 2 Ă  4 semaines (risque de juments gestantes !), prĂ©voir une alimentation dĂ©poussiĂ©rĂ©e (ensilage, foin mouillĂ©) et des Ă©tables dĂ©poussiĂ©rĂ©es, ou mettre les animaux au pâturage par beau temps. Informez les propriĂ©taires que tout contact avec d’autres Ă©levages doit ĂŞtre Ă©vitĂ©, que les juments gestantes peuvent faire une fausse couche ou que les chevaux peuvent prĂ©senter des symptĂ´mes neurologiques.
Forme abortive La forme abortive de la rhinopneumonie se manifeste par des fausses couches tardives chez les juments gestantes. Les poulains nĂ©s de ces juments peuvent Ă©galement prĂ©senter des faiblesses et mourir quelques jours après la naissance. Le diagnostic peut ĂŞtre confirmĂ© par des tests PCR sur des Ă©chantillons pulmonaires et hĂ©patiques. Le traitement des juments est gĂ©nĂ©ralement limitĂ© au retrait du placenta, tandis que les poulains faibles ont un pronostic sombre et peuvent nĂ©cessiter une euthanasie. ·      Diagnostic : Le diagnostic est validĂ© par la reconnaissance du PCR du virus dans les poumons et le foie du poulain, de prĂ©fĂ©rence soumis au laboratoire sous forme rĂ©frigĂ©rĂ©e. Le diagnostic peut Ă©galement ĂŞtre fait en surveillant la tempĂ©rature de tous les autres chevaux de l’Ă©curie durant 7 jours. L’infection aiguĂ« cause de la fièvre pendant 2 Ă  5 jours. ·      Traitement des poulains nĂ©s faibles : gĂ©nĂ©ralement inutile en raison d’un mauvais pronostic (euthanasie). ·      Prise en charge : Jetez les fĹ“tus et les boyaux dès que possible, emballez-les correctement, puis nettoyez et dĂ©sinfectez les enclos avec du savon dĂ©sinfectant pour nettoyer les organes gĂ©nitaux externes de la jument, puis isolez-les pendant 4 semaines. Si possible, isolez Ă©galement les autres juments gestantes et gardez-les Ă  la ferme car elles peuvent encore faire une fausse couche, l’excrĂ©tion virale est donc importante. N’Ă©levez pas une jument avortĂ©e en Ĺ“strus, car elle reste contagieuse pendant des semaines après l’avortement. L’insĂ©mination artificielle peut en principe se faire Ă  la ferme, mais les chances de succès après une fausse couche sont moindres Isoler les autres animaux fĂ©briles, conseiller aux propriĂ©taires d’Ă©viter tout contact avec d’autres Ă©levages, les autres juments prĂ©sentent un risque Ă©levĂ© de fausse couche, les chevaux peuvent prĂ©senter des symptĂ´mes neurologiques
Forme nerveuse La forme nerveuse de la rhinopneumonie peut se dĂ©velopper après une forme respiratoire et se caractĂ©rise par des symptĂ´mes tels qu’une ataxie aiguĂ«, une paralysie, un Ĺ“dème et une incontinence urinaire. Le diagnostic repose sur la surveillance de la tempĂ©rature et des tests PCR sur des Ă©chantillons nasaux et sanguins. Le traitement comprend des mesures pour soulager les symptĂ´mes neurologiques, tels que le cathĂ©tĂ©risme vĂ©sical, l’administration d’antibiotiques et d’anti-inflammatoires non stĂ©roĂŻdiens. Le pronostic varie en fonction de la gravitĂ© des symptĂ´mes. ·      Diagnostic : Surveillance de la tempĂ©rature de tous les chevaux de l’Ă©curie pendant 7 jours. L’infection aiguĂ« amène de la fièvre pendant 2 Ă  5 jours. Le diagnostic est validĂ© par PCR pour identification du virus sur Ă©couvillons nasaux (prĂ©levĂ©s dès l’apparition des symptĂ´mes) et prĂ©lèvements sanguins (tubes EDTA ou hĂ©parinĂ©s), de prĂ©fĂ©rence dans des laboratoires rĂ©frigĂ©rĂ©s. ·      Traitement : En cas d’incontinence urinaire : cathĂ©tĂ©risme vĂ©sical deux fois par jour suivi d’une irrigation avec une solution diluĂ©e de povidone iodĂ©e (alternativement, un cathĂ©ter permanent peut ĂŞtre placĂ© ou la vessie peut ĂŞtre vidĂ©e manuellement). Administration simultanĂ©e d’une antibiothĂ©rapie, par exemple Ă  base de trimĂ©thoprime + sulfamides, pour prĂ©venir l’infection vĂ©sicale après cathĂ©tĂ©risme vĂ©sical, et d’AINS (par voie parentĂ©rale si le cheval ne mange pas suffisamment). Rarement, le rectum doit ĂŞtre vidĂ©. La prophylaxie antibiotique est Ă©galement recommandĂ©e pour les chevaux couchĂ©s afin de prĂ©venir la pneumonie par aspiration. Pour les juments avec Ă©coulement vĂ©sical, il faut faire attention Ă  la propretĂ© de l’arrière-train, et de la vaseline peut ĂŞtre appliquĂ©e pour l’empĂŞcher. Si le cheval reste allongĂ© pendant plus de 1 Ă  2 jours, le pronostic est mauvais et l’euthanasie doit ĂŞtre envisagĂ©e. ·      Prise en charge : Les animaux prĂ©sentant de la fièvre et/ou des symptĂ´mes neurologiques ont Ă©tĂ© isolĂ©s pendant 4 semaines. Installez-les sur un sol souple (sol de carrousel ou sable avec une Ă©paisse couche de paille). Un cheval couchĂ© doit ĂŞtre tournĂ© toutes les 4 Ă  6 heures et de la nourriture et de l’eau doivent ĂŞtre fournies rĂ©gulièrement ou gardĂ©es près du cheval, Ă©ventuellement en position surĂ©levĂ©e. Si l’animal ne boit pas assez d’eau (< 60-80 ml/kg pd), placez une infusion de NaCl Ă  0,9 %.
PrĂ©vention de la rhinopneumonie Il est prĂ©fĂ©rable de sĂ©parer les juments gestantes des autres chevaux, en spĂ©cialement des yearlings. Il est mieux que les chevaux qui sont frĂ©quemment en contact avec des animaux non agricoles, tels que les chevaux de course, soient sĂ©parĂ©s des juments. Garder les seaux d’alimentation et d’eau sĂ©parĂ©s peut aider Ă  prĂ©venir l’infection pendant les compĂ©titions ou les rassemblements. IdĂ©alement, les chevaux venus d’ailleurs devraient ĂŞtre soignĂ©s individuellement et hĂ©bergĂ©s pendant 2 Ă  3 semaines pour Ă©viter l’introduction de maladies. Il est Ă©galement possible de prendre la tempĂ©rature de ces chevaux deux fois par jour. En pratique, cela est rarement faisable, beaucoup de problèmes peuvent ĂŞtre esquiver avec des inspections quotidiennes de tous les animaux de l’ Ă©curie, ainsi qu’une bonne hygiène et une pratique de nettoyage rĂ©gulière. La prĂ©vention de la rhinopneumonie repose sur plusieurs mesures, dont la vaccination est l’une des plus importantes. En Belgique, un vaccin (Equip EHV 1,4®) est disponible pour prĂ©venir les formes respiratoires de la maladie causĂ©es par EHV-1 et EHV-4. Les vaccinations sont recommandĂ©es Ă  partir de l’âge de 5 Ă  6 mois, avec des rappels tous les 6 mois. Les juments gestantes peuvent Ă©galement ĂŞtre vaccinĂ©es Ă  diffĂ©rents stades de la gestation. En plus de la vaccination, il est recommandĂ© de sĂ©parer les juments gestantes des autres chevaux et de maintenir de bonnes pratiques d’hygiène dans les Ă©curies. Primovaccinations : Les vaccinations sont gĂ©nĂ©ralement recommandĂ©es Ă  partir de 5-6 mois (doses primaires = 2 x 1 dose, Ă  4-6 semaines d’intervalle). Revaccination : Etant donnĂ© que la durĂ©e de l’immunitĂ© est limitĂ©e Ă  6 mois, la revaccination doit ĂŞtre effectuĂ©e tous les 6 mois après la primo-vaccination. Vaccinations des juments gestantes : ·      Le vaccin peut ĂŞtre administrĂ© Ă  tout moment pendant la grossesse ou l’allaitement. Il est recommandĂ© que les juments gestantes soient vaccinĂ©es Ă  5, 7 et 9 mois de gestation, une dose Ă  chaque fois.  Lorsqu’un foyer est dĂ©tectĂ©, la vaccination des animaux sains de l’exploitation doit ĂŞtre envisagĂ©e.
Conclusion La rhinopneumonie est une maladie courante chez les chevaux, causĂ©e par les virus de l’herpès Ă©quin EHV-1 et EHV-4. Elle se prĂ©sente sous diffĂ©rentes formes, avec des symptĂ´mes variĂ©s et des consĂ©quences potentiellement graves. La vaccination, la surveillance de la tempĂ©rature et des mesures d’hygiène appropriĂ©es sont essentielles pour prĂ©venir la propagation de la maladie. En cas d’infection, un diagnostic prĂ©coce et un traitement appropriĂ© peuvent amĂ©liorer les chances de guĂ©rison. En tant que propriĂ©taire de cheval, il est important d’ĂŞtre informĂ© sur la rhinopneumonie et de prendre les mesures nĂ©cessaires pour protĂ©ger la santĂ© de vos animaux. La prĂ©sente publication est fournie Ă  titre informatif uniquement et ne remplace en aucun cas l’avis d’un vĂ©tĂ©rinaire qualifiĂ©. Consultez toujours un professionnel de la santĂ© animale pour obtenir des conseils et un traitement adaptĂ© Ă  votre cheval.