Les enrênements équin

  • Qu’est-ce que les enrênements?
  • L’histoire des enrênements

  • Pourquoi utiliser des enrênements?

  • pour le cavalier

  • Les différents types d’enrênements
  • Les enrênements coulissants
  • Le gogue
  • Les rênes Allemandes
  • Les enrênement fixs
  • la martingale
  • La martingale fix
  • L’enrênement à howlett
  • le surfait
  • le chambon
  • le pessoa
  • le pirelli

  • Critères pour Choisir un Enrênement

  • Points de vue des professionnels

  • Les avantages

  • les inconvénients

  • Les matières utilisées

  • taille et prix
  • Les marques réputées


Qu’est-ce que les enrênements?

Dans le vaste univers de l’équitation, les enrênements jouent un rôle crucial. Il s’agit d’accessoires spécifiques destinés à guider, à soutenir et parfois à restreindre certaines actions du cheval. Conçus pour être utilisés comme des aides complémentaires pendant l’entraînement ou la monte, ils offrent une meilleure direction et une stabilisation des mouvements de l’animal.

Lorsqu’ils sont employés avec discernement, les enrênements peuvent se révéler être des instruments inestimables, autant pour le cavalier que pour le cheval. Ils favorisent une meilleure compréhension mutuelle et une collaboration harmonieuse. Cependant, il est primordial de les utiliser à bon escient afin de garantir le confort et le bien-être de l’animal.

En somme, les enrênements, loin d’être de simples outils, sont de véritables partenaires qui, lorsqu’ils sont judicieusement intégrés à la pratique équestre, peuvent transformer l’expérience de monte pour le mieux.


L’histoire des enrênements

L’équitation, art ancestral, s’est développée en parallèle avec des techniques et outils pour mieux comprendre et collaborer avec les chevaux. Les enrênements d’équitation sont au cœur de cette histoire.

Le concept d’enrênement remonte aux civilisations anciennes. Les Égyptiens, par exemple, utilisaient déjà des sortes de brides pour guider leurs chariots tirés par des chevaux. À l’époque de la Grèce antique, des textes décrivent l’utilisation d’équipements similaires pour le dressage et le contrôle des chevaux.

Au Moyen Âge, avec l’émergence de la chevalerie, les besoins en matière d’équitation ont évolué. Les chevaliers, en armure lourde, avaient besoin de contrôler leurs montures avec précision. C’est à cette période que les enrênements tels que nous les connaissons aujourd’hui ont commencé à prendre forme.

Au fil des siècles, l’évolution de l’équitation sportive, notamment le dressage, le saut d’obstacles et la course, a conduit à la diversification et la spécialisation des enrênements. Aujourd’hui, ils sont conçus pour répondre à des besoins spécifiques, tout en assurant le confort et la sécurité du cheval.

De nombreux cavaliers ont inventé et utilisé des enrênements pour contrôler les chevaux, notamment pour les ramener avant de les rassembler. La bride Newcastle était probablement l’ancêtre du système de rêne allemande après Carlos Henriques Pereira, qui consistait en une paire de rêne reliant la zone de la selle au caveson.


Pourquoi utiliser des enrênements?

Les enrênements, souvent sujets de débat parmi les passionnés d’équitation, ont en réalité des applications concrètes et bénéfiques lorsqu’ils sont utilisés judicieusement. Voici pourquoi ils sont souvent intégrés dans l’entraînement équestre :

  • Formation initiale des poulains : Les jeunes chevaux, par nature curieux et encore inexpérimentés, peuvent bénéficier des enrênements pour apprendre les bases du mouvement, de l’équilibre et de la réactivité aux aides du cavalier.

  • Correction des mauvaises postures : Comme les humains, les chevaux peuvent développer des habitudes posturales non optimales. Les enrênements, lorsqu’ils sont correctement ajustés, aident à guider le cheval vers une posture plus alignée et efficace, garantissant une meilleure santé musculaire et articulaire à long terme.

  • Régulation des comportements problématiques : Certains chevaux, en raison de leur tempérament, de leurs expériences passées ou de douleurs non détectées, peuvent présenter des comportements indésirables. Les enrênements peuvent offrir une solution temporaire, permettant au cavalier de travailler en toute sécurité tout en abordant la cause sous-jacente du comportement.


Pour le Cavalier

Pour le cavalier, les enrênements ne sont pas simplement des accessoires supplémentaires, mais des outils qui renforcent le contrôle et la communication avec le cheval. Lorsqu’on se retrouve face à des scénarios complexes ou imprévisibles, avoir une maîtrise accrue du cheval devient crucial. Que ce soit dans un environnement bruyant, sur des terrains inconnus, ou lors de mouvements soudains, les enrênements peuvent offrir ce petit plus qui fait la différence. Ils permettent d’assurer une meilleure sécurité pour le cavalier tout en guidant le cheval de manière efficace. C’est grâce à ces instruments que de nombreux cavaliers parviennent à naviguer avec aisance, même dans des situations qui pourraient, sans eux, s’avérer compliquées. Toutefois, il est essentiel de se rappeler que la clef réside dans une utilisation judicieuse et équilibrée de ces aides, afin de garantir une expérience harmonieuse pour le duo que forment le cheval et son cavalier.


Les différents types d’enrênements

Les enrênements coulissants

Les enrênements coulisants, souvent associés à l’équitation de travail et au dressage, sont des outils spécifiques conçus pour aider à guider le cheval vers une posture particulière et à développer certaines parties de son corps. Voici un aperçu de cet équipement équestre.

Les enrênements coulisants, comme leur nom l’indique, possèdent des parties qui coulissent, permettant ainsi une certaine flexibilité et adaptabilité à la morphologie et aux mouvements du cheval. Leur but principal est de favoriser l’engagement des postérieurs du cheval et de le pousser à s’étirer vers le bas et vers l’avant, tout en maintenant un dos arrondi. Cela encourage le cheval à utiliser sa musculature dorsale et à développer sa ligne du dessus.

L’utilisation de ces enrênements doit être abordée avec précaution. Dans les mains inexpérimentées ou utilisés de manière excessive, ils peuvent causer du stress ou des blessures au cheval. Il est donc crucial que les cavaliers et entraîneurs qui choisissent d’utiliser des enrênements coulisants soient bien formés et comprennent l’anatomie et la biomécanique équine.


Le gogue

Le gogue est un outil équestre spécifique que vous avez sans doute remarqué lors de vos visites en écurie. Cet enrênement distinctif est fréquemment utilisé pendant les phases d’échauffement d’une séance de travail. Pourquoi donc ? Son rôle principal est d’encourager le cheval à abaisser son encolure, favorisant ainsi une posture plus alignée et détendue. Il aide l’animal à trouver un équilibre idéal tout en étant en mouvement, assurant une meilleure préparation à l’effort à venir. Certains cavaliers le considèrent comme essentiel pour conditionner correctement le cheval, tandis que d’autres le voient comme un complément occasionnel à leur équipement. Cependant, le gogue reste un élément populaire dans de nombreuses écuries. Si vous êtes curieux de son apparence, recherchez un harnais avec des cordes ou des lanières qui s’étendent de la tête du cheval jusqu’à ses flancs. La prochaine fois que vous verrez cet instrument, vous saurez désormais reconnaître le « gogue » et comprendrez son utilité dans le monde équestre.


Les rênes allemandes

Les rênes allemandes sont des instruments clés dans l’équitation pour aider à maintenir le cheval dans une position désirée. Semblables aux ceintures de sécurité que nous avons dans nos véhicules, elles ont pour but de garantir un positionnement adéquat et sûr. Tout comme une ceinture veille à la sécurité du passager, les rênes allemandes assurent que le cheval garde une posture optimale. Elles agissent comme un guide, procurant au cavalier la capacité d’aider son cheval à trouver et conserver la bonne posture. L’utilisation de ces rênes est une technique éprouvée qui montre l’importance d’établir une fondation solide lors de la monte. Ainsi, tout comme on ne négligerait jamais de boucler sa ceinture en conduisant, on ne devrait pas sous-estimer l’importance des rênes allemandes en équitation. Elles sont le garant d’une monte équilibrée et sécurisée, assurant que le cheval et le cavalier travaillent en harmonie pour obtenir les meilleurs résultats.

L’utilisation des rênes allemandes demande au cavalier d’utiliser 2 paires de rêne.

Les enrênement fixs

Les enrênements fixes font partie des nombreux outils à disposition des cavaliers pour travailler et former leurs chevaux. Ces dispositifs ont pour principal objectif d’aider le cheval à adopter une certaine position ou attitude, principalement au niveau de sa tête et de son encolure.

Un enrênement fixe, comme son nom l’indique, est attaché à un point stable, que ce soit sur le harnachement ou directement sur le cheval. Ainsi, il offre un point de repère constant pour l’animal. Parmi les enrênements fixes les plus connus, on retrouve la martingale à anneaux, qui limite l’élévation de la tête du cheval, ou encore le gogue fixe, qui encourage le cheval à fléchir son encolure et à engager ses postérieurs.

Cependant, tout comme tout autre outil d’équitation, l’utilisation des enrênements fixes nécessite une connaissance approfondie et une grande précaution. Mal utilisés, ils peuvent causer du stress ou des blessures au cheval. Il est donc essentiel de se former correctement et de consulter des experts si nécessaire.

La martingale

La martingale n’est pas ce que beaucoup pourraient imaginer : une danse ou un mouvement gracieux. C’est en réalité un équipement équestre essentiel pour de nombreux cavaliers. Son rôle principal ? Contrôler et limiter l’élévation de la tête du cheval. En l’utilisant, les cavaliers peuvent empêcher que la tête du cheval se lève trop haut, ce qui peut parfois être dangereux, surtout lors de sauts ou de mouvements brusques. La martingale offre ainsi une sécurité supplémentaire, tant pour le cavalier que pour la monture, en garantissant une meilleure maîtrise et en évitant des situations où le cheval pourrait perdre son équilibre ou désarçonner son cavalier. En somme, bien loin d’une danse, la martingale est un outil précieux dans l’arsenal d’un cavalier pour assurer une monte sûre et contrôlée.


La martingale fix

La martingale fixe est un des enrênements les plus connus et utilisés en équitation. Sa conception simple et son efficacité en font un choix privilégié pour de nombreux cavaliers.

Originaire de la tradition équestre anglaise, la martingale fixe est conçue pour empêcher le cheval de relever exagérément sa tête et son encolure. Elle est composée d’une sangle passant entre les antérieurs du cheval, se divisant ensuite en deux pour se fixer aux rênes, au niveau du mors. Lorsque le cheval tente de lever la tête au-delà d’une certaine hauteur, la martingale exerce une pression sur le mors, l’incitant à baisser la tête.

L’avantage majeur de la martingale fixe réside dans sa prévisibilité et sa constance. Le cheval apprend rapidement jusqu’où il peut lever la tête sans ressentir de pression.

Toutefois, comme tout enrênement, son utilisation nécessite discernement. Mal ajustée, elle peut gêner le cheval ou même le blesser. Elle doit être employée en connaissance de cause et toujours dans le respect du bien-être de l’animal. Lorsqu’elle est utilisée à bon escient, la martingale fixe peut être un outil précieux pour le dressage et la monte quotidienne.


L’enrênement à howlett

L’enrênement Howlett, bien que moins connu que certains de ses homologues comme le gogue ou le Pessoa, a sa propre place dans le monde équestre. Cet enrênement porte le nom de son inventeur et est conçu pour aider à l’éducation du cheval en douceur.

L’enrênement Howlett se fixe sur la muserolle du filet et passe par une poulie fixée à la sangle avant de revenir se fixer sur les rênes. Il offre au cavalier un contrôle accru, tout en permettant au cheval de garder une certaine liberté de mouvement au niveau de l’encolure.

Un des avantages majeurs de l’enrênement Howlett est sa capacité à encourager le cheval à s’engager et à utiliser correctement son dos sans le contraindre de manière excessive. Il permet une flexion de nuque naturelle, encourageant ainsi le cheval à trouver son propre équilibre.

Toutefois, comme tout équipement, il nécessite une utilisation judicieuse. Dans des mains inexpérimentées, il pourrait ne pas offrir les bénéfices escomptés et pourrait même être préjudiciable. Il est donc essentiel de s’informer correctement et, si possible, de consulter un professionnel avant d’utiliser l’enrênement Howlett pour la première fois.

L’enrênement Howlett s’utilise que pendant le travail à la monte .

Le collier de chasse

Le collier de chasse est une pièce de harnais qui empêche la selle de glisser vers l’arrière, notamment lors des sauts. Il est particulièrement utile pour les chevaux au garrot peu marqué.

Le surfaix

Le surfaix est une pièce d’équipement qui encercle le corps du cheval, souvent utilisée lors du travail à la longe. Il permet d’attacher divers accessoires, comme des enrênements, et aide à répartir la pression de manière uniforme sur le dos du cheval.

tous les enrênement à utiliser avec un surfaix : 

Le chambon

Le chambon est un type d’enrênement très apprécié dans le milieu équestre, particulièrement pour le travail à la longe. Il tire son nom de son inventeur et est conçu pour encourager le cheval à baisser et étendre son encolure.

Constitué de deux montants fixés aux anneaux du mors, il passe derrière les oreilles du cheval et se divise en deux sangles rejoignant les côtés de la sangle ou du surfaix. Lorsque le cheval relève la tête plus haut qu’une position souhaitée, une tension s’exerce sur le mors, incitant le cheval à baisser la tête pour libérer cette pression.

L’objectif du chambon n’est pas de contraindre, mais plutôt d’éduquer et de muscler. Il encourage le cheval à adopter une posture qui favorise le développement de sa ligne du dessus, améliorant ainsi sa musculature dorsale. Toutefois, comme tout enrênement, son utilisation requiert expertise et discernement. Mal ajusté ou mal utilisé, il peut causer du stress ou des blessures.

Le chambon s’utilise que pendant la longe.


Le pessoa

L’enrênement Pessoa est un équipement équestre dédié à la formation et à l’entraînement des chevaux. Son nom provient de son créateur, Nelson Pessoa, un célèbre cavalier brésilien de saut d’obstacles.

Conçu pour encourager le cheval à travailler avec un dos actif et à élever sa ligne du dessus, l’enrênement Pessoa est souvent utilisé pour améliorer la posture, la musculature et la souplesse du cheval. Il se compose de cordes et de poulies qui guident le mouvement du cheval, encourageant une action plus ronde et engagée des postérieurs.

Quand il est utilisé correctement, le Pessoa peut être un outil précieux dans le dressage du cheval, aidant à renforcer les muscles clés et à promouvoir une meilleure forme. Cependant, comme tout équipement, il nécessite une utilisation judicieuse. Un emploi inadéquat peut potentiellement causer du stress ou des blessures au cheval.

Ainsi, pour les cavaliers qui envisagent d’utiliser l’enrênement Pessoa, il est essentiel de s’informer correctement, voire de consulter un professionnel pour garantir une utilisation optimale et respectueuse du bien-être de l’animal.

le pirelli

Le monde équestre est riche en techniques et méthodes, et parmi elles, l’enrênement Parelli se démarque. Fondée par Pat Parelli, cette approche se base sur des techniques d’équitation naturelle qui visent à établir une relation harmonieuse entre le cavalier et son cheval. L’enrênement Parelli n’est pas simplement un équipement, mais une philosophie.

Au cœur de cette méthode, on retrouve le concept de « jeux de Parelli », qui sont des exercices au sol conçus pour renforcer le lien entre le cheval et son cavalier. Ces jeux sont basés sur les manières dont les chevaux interagissent entre eux à l’état sauvage.

L’enrênement Parelli met l’accent sur la compréhension mutuelle plutôt que sur la dominance. Plutôt que d’utiliser la force ou la contrainte, cette approche mise sur la communication, la confiance et le respect mutuel. C’est une révolution pour de nombreux cavaliers habitués à des méthodes plus traditionnelles.

Les élastiques sont utilisés pour guider la position de la tête et du cou du cheval. Ils encouragent une posture plus basse et permettent au cheval de travailler ses muscles dorsaux sans contrainte.

Critères pour Choisir un Enrênement

Type de Cheval

Sélectionner l’enrênement adéquat pour un cheval est une tâche qui demande réflexion. C’est un choix qui ne doit pas être fait à la légère, car il peut avoir des implications sur la performance et le bien-être de l’animal.

L’importance du Type de Cheval

L’un des premiers critères à considérer est assurément la morphologie de l’équidé. En effet, chaque cheval a une structure corporelle propre, et cela influence la manière dont il réagit à différents types d’enrênements. Par exemple, un cheval avec une encolure plus courte ou plus longue peut nécessiter un enrênement spécifique.

Le Niveau d’Éducation du Cheval

Son niveau de formation est également crucial. Un jeune cheval encore en apprentissage pourrait avoir besoin d’un type d’enrênement différent d’un cheval expérimenté. Les besoins varient en fonction de l’éducation et de l’expérience du cheval.

Vos Objectifs Équestres

Finalement, vos aspirations en tant que cavalier jouent un rôle essentiel. Que ce soit pour du dressage, du saut d’obstacles, ou une simple balade, l’enrênement choisi doit correspondre à vos objectifs équestres et favoriser une communication fluide avec le cheval.

 


Points de vue des professionnels

Les avantages

Les enrênements suscitent souvent des débats dans le milieu équestre. Pourtant, pour beaucoup d’experts et de cavaliers chevronnés, leur utilité est indéniable. Lorsqu’ils sont judicieusement choisis et bien employés, ces outils peuvent offrir des avantages considérables pour le développement technique du cheval. Leur rôle n’est pas seulement restrictif ou correctif ; ils peuvent aussi aider le cheval à comprendre certaines demandes, faciliter des mouvements spécifiques ou renforcer de bonnes habitudes posturales. En fin de compte, tout dépend de l’approche et de la connaissance de celui ou celle qui les utilise. Mais une chose est claire : dans des mains expertes, les enrênements peuvent devenir un véritable atout pour le perfectionnement équestre.


Les inconvénients

Bien entendu, chaque outil vient avec ses propres défis. Lorsqu’ils ne sont pas employés correctement, le risque d’effets indésirables augmente. Un mauvais usage peut ainsi inverser les bénéfices escomptés, engendrant davantage de problèmes qu’ils n’en résolvent. Il est donc essentiel d’approcher leur utilisation avec prudence et discernement.

Les matières utilisées :

Les enrênements, essentiels à la pratique équestre, sont le fruit d’un assemblage méticuleux de diverses matières, chacune apportant ses spécificités en termes de résistance, de flexibilité et de confort pour le cheval.

Le cuir est l’une des matières les plus couramment utilisées dans la confection des enrênements. Apprécié pour sa robustesse et sa durabilité, il épouse parfaitement la morphologie du cheval tout en offrant une esthétique élégante. Avec le temps, le cuir s’assouplit, s’adaptant encore mieux à l’animal.

Le nylon, quant à lui, est prisé pour sa légèreté et sa résistance à l’usure. Facile d’entretien, il résiste aux intempéries et à la transpiration, ce qui le rend idéal pour une utilisation régulière.

De plus, des élastiques sont souvent intégrés pour offrir une certaine flexibilité, permettant aux enrênements d’absorber les chocs et de s’ajuster aux mouvements du cheval.

Enfin, certains enrênements peuvent incorporer du caoutchouc ou du gel pour des zones nécessitant plus de douceur ou d’adhérence.

de temps en temps on peut retrouver dans le produit de la corde dans par exemple le gogue ou le pessoa


taille et prix

La taille est un autre critère crucial lors de la sélection d’un enrênement. Un bon ajustement est indispensable pour assurer le confort du cheval et garantir que l’outil fonctionne comme prévu. Les erreurs de taille peuvent non seulement entraver les mouvements du cheval, mais aussi induire des comportements indésirables ou des réactions de rejet.

Le prix des enrênements varie considérablement en fonction de la marque, de la qualité et des matériaux utilisés. Toutefois, il est recommandé de ne pas baser sa décision d’achat uniquement sur le coût. Un produit moins cher pourrait finir par coûter plus cher à long terme s’il est de mauvaise qualité ou inadapté aux besoins du cavalier et de sa monture.


Les marques réputées pour leurs enrênements de qualité

Dans l’univers équestre, le choix d’un bon enrênement est primordial pour assurer le bien-être du cheval et la sécurité du cavalier. Plusieurs marques se sont distinguées par la qualité de leurs produits et l’expertise qu’elles proposent. comme havane, riding wold, hfi et pleins autres encore 

Eric Thomas est l’une de ces marques emblématiques. Réputée pour son savoir-faire artisanal, elle propose des enrênements de qualité supérieure, alliant robustesse et élégance. Les produits Eric Thomas sont souvent la préférence des professionnels pour leur durabilité et leur finition soignée.

Norton, quant à elle, est connue pour offrir un excellent rapport qualité-prix. La marque se veut innovante, combinant fonctionnalité et design moderne. Les cavaliers apprécient particulièrement la diversité et l’accessibilité des produits Norton.

TdeT se distingue par sa spécialisation dans les accessoires équestres. Leurs enrênements sont conçus avec une attention particulière aux détails, garantissant un confort optimal pour le cheval et une maîtrise parfaite pour le cavalier.

Enfin, Waldhausen, marque allemande, est reconnue internationalement pour ses équipements haut de gamme. Elle privilégie les matériaux de premier choix et offre une gamme variée pour satisfaire les besoins de tous les équestres.


Conclusion

Les enrênements d’équitation sont bien plus que de simples accessoires. Ils reflètent la synergie entre le cavalier et le cheval, le désir d’améliorer et d’évoluer. Les enrênements d’équitation sont des outils essentiels pour bon nombre de cavaliers cherchant à affiner leur maîtrise et la posture de leur monture. Si vous déambulez dans une boutique équestre, vous serez peut-être surpris par la variété des produits disponibles. Par exemple, un enrênement de couleur noir est souvent prisé pour son élégance discrète et sa capacité à se fondre avec d’autres équipements.